Les carnavals de la Costa Brava Jusqu'au 06/03/17.

Votes
12345

Les cortèges, parsemés de chars et de déguisements qui ont supposé plusieurs mois de travail, constituent un véritable spectacle.

Qui dit Carnaval, dit fête, chahut et débauche. Les habitants de la région de Gérone le célèbrent en sortant dans les rues déguisés et enthousiasmés par toutes sortes d’animations musicales. Dans de nombreuses villes et villages de la Costa Brava et de l’arrière-pays, c’est le Roi Carnaval qui donne le feu vert aux célébrations lors d’un discours au cours duquel il invite tout le monde à bien s’amuser pendant quelques jours. Vous y êtes aussi cordialement invité, bien sûr ! Les cortèges, parsemés de chars et de déguisements qui ont supposé plusieurs mois de travail, constituent un véritable spectacle.

En plus de la fête et des déguisements, la culture gastronomique est également mise à l’honneur lors de la célébration de cet événement. Selon la tradition, le Carnaval commence le Jeudi Gras, où il est typique de manger une omelette avec de la saucisse ou de la saucisse aux œufs. Autrefois, les gens sortaient dans les rues afin de manger en compagnie de leurs voisins avant la période de jeûne et d’abstinence du Carême. Certains villages conservent encore cette tradition des repas collectifs en tant que partie intégrante de la fête. À Vidreres et Capmany, par exemple, les habitants font le Ranxo, une espèce de grosse soupe d’hiver très riche en ingrédients. À Agullana, lors de la fête de la Xuia, un cortège dansant est chargé de récolter les ingrédients destinés à élaborer les traditionnelles omelettes accompagnées de saucisse et de lard –les « xuies »– que les habitants mangent en guise de goûter. S’attabler à la Paella d’Albons et à la Soupe de Verges, semblables aux repas que les seigneurs féodaux offraient aux pauvres, est aussi une expérience collective unique.

La débauche du Carnaval se termine lors de l’enterrement de la sardine, qui symbolise la fin de ces journées d’excès. De nombreux villages font également leurs adieux au Roi Carnaval d'une manière assez particulière : en le brûlant. Lors du grand feu, on lit son testament, qui consiste généralement en une critique satirique de la société, avant de clore les festivités qui, heureusement, reviendront l’an prochain !

Twitter